Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
29 septembre 2013 7 29 /09 /septembre /2013 14:35

Salut à tous,

Comme promis, voici un petit retour sur mon séjour de cet automne dans les pays d'Europe du Sud Est.

 

Afin de préparer ma saison de guidage pour l'année prochaine et valider mes stages à l'étranger, je suis parti cette année avec mon père qui souhaitait découvrir de nouveaux horizons. L'occasion pour moi de le guider en avant première sur mes nouveaux parcours de pêche... Quoi de mieux pour fêter ses 50 ans ?!

 

Départ depuis l'Alsace le 31 aout en direction du Sud. Durant une dizaine d'heures nous traversons plusieurs frontières puis se dessinent enfin les sommets croates tant attendus. L'été nous accompagne et semble installé là-bas depuis quelques temps à en juger par l'état des cours d'eau. Les niveaux sont bas, très bas par rapport à la dernière fois.

 

Difficulté n'a comme paire que volonté de réussir et c'est ainsi que malgré des conditions épouvantables, nous passerons 3 jours extremement intéressants entre paysages sauvages, rivières translucides et poissons méfiants à souhait ! Le tout avec cette sublime sensation d'être seuls au monde, sans aucun autre pêcheur à l'horizon.

 

Les photos valent plus que des mots.

 

Des rivières

DSCN0885

DSCN0989

DSCN0949

IMGP1054

 

IMGP1072

DSCN0959

 

Des spots et des combats

DSCN1004

DSCN0980

DSCN0869

DSCN1028

IMGP1148

DSCN0913


Des poissons et des sourrires

DSCN0875

DSCN0929

DSCN0951

DSCN0917

IMGP1040

DSCN0927

IMGP1060


Ca vous tente ? www.prestapeche.com ...!

La semaine prochaine, un article sur les 3 jours suivants en Slovénie.

Repost 0
Published by ROMAIN Mathieu - dans Voyages de pêche
commenter cet article
19 septembre 2013 4 19 /09 /septembre /2013 20:00

Salut à tous,

De retour de 3 semaines dans les Blakans à la découverte de rivières magnifiques, l'activité du blog va enfin pouvoir reprendre ! Ceci est d'autant plus vrai que cet automne voit arriver de nombreuses nouveautés sous le ciel halieutique alsacien, avec par exemple l'arrivée de nouveaux guides de pêche ! Pas d'inquiètude, ceci fera l'objet d'un article d'ici la semaine prochaine...

En attendant et pour me laisser le temps de vous faire un compte rendu de mon séjour en Croatie et en Slovénie, voici une première photographie.

DSCN0869.JPG

Repost 0
Published by ROMAIN Mathieu - dans Voyages de pêche
commenter cet article
1 août 2013 4 01 /08 /août /2013 10:21

http://www.fieldandstream.com/blogs/field-notes/2013/07/kiwi-angler%E2%80%99s-42-lb-brown-trout-official-world-record?src=SOC&dom=fb

Voici l'histoire de la plus grosse truite jamais prise à la ligne (en tout cas homologuée). Ca se passe en Nouvelle Zélande et elle pèse plus de 19kg, ça cause !

browntrout.jpg

Repost 0
Published by ROMAIN Mathieu - dans Voyages de pêche
commenter cet article
20 novembre 2012 2 20 /11 /novembre /2012 06:36

Je vous avais promi un article sur mon dernier voyage de pêche en Europe de l'Est, le voici !

Comme à notre habitude, nous sommes partis Jérome et moi à la rencontre de rivières étrangères et à la recherche d'une pêche plus sauvage que ce que nous pouvons rencontrer couramment en France. Pour l'occasion, nous sommes retournés dans un secteur que nous connaissons bien puisque ce sera pour moi la 5eme fois que j'y ferai dériver mes mouches (pour Jérome, on ne compte plus!) Objectif : ombres en sèche !

Le destination n'est pas si lointaine et après une journée de voyage, nous arrivons de nuit sur le pont des miracles, celui là même qui nous donnera une première indication sur l'état de la rivière et donc sur notre séjour. La chance est avec nous, le débit est convenable ce qui laisse présager que quelques dizaines de kilomètres en aval, sur notre parcours de pêche, il en sera de même.

A ceci près que dans un tel pays, la bierre n'est jamais seule à couler sans retenue et que la pluie, dense et soutenue, n'a cessé d'arroser les paysages noctures. Le réveil est difficile car d'un simple coup d'oeil par la fenêtre il est impossible de rater l'humidité du spectacle. Il a beaucoup plu et il y a de fortes chances que la rivière soit montée.

Inquiets, nous partons tout de même en direction des méandres de la rivière. Il faut environ une heure de marche entre le parking, dernier endroit autorisé à la circulation des motorisés, et la rivière qui méandre dans la plaine de touradons. Une heure de marche, puis le desespoir. Elle est haute et brune :

La rivière en crue, brune et chariant de nombreux débris.

riv-day1-crue

 

Il faut trouver une solution de repli, de toute manière la rivière ne se laissera pas approcher aujourd'hui.
Retour à la voiture une heure après, nous décidons de visiter les villes environnantes. C'est la meilleure chose à faire en ces cas là.

Le lendemain matin, alors que notre sommeil a une nouvelle fois été entâché par les fortes pluies nocturnes, il faut bien se rendre à l'évidence. La rivière ne se laisse pas faire cette année. 
Nous dédions donc la matinée à d'autres pêches et on se propose de découvrir la population de carnassiers du lac situé à proximité. Le vent souffle fort et la température est basse, mais les touches arrivent rapidement :

Une première perche du lac

moi-perche1-copie-1 

La pêche s'active et d'autres poissons goutent à nos leurres

Jérome et son premier aspe au leurre !

jerome-aspe-copie-1

On cherche alors un spot plus soumis au vent pour tenter de trouver les sandres.

C'est chose faite !

moi-sandre1

On rentre quelques poissons sympas, la journée est sauvée !

Le mercredi matin, nous retournons sur le lac pour tenter de revisiter les spots de la veille, mais les conditions ont changé. Le vent souffle vraiment fort, il neige en raffales et la température est inférieure à 2°C. Les poissons ont bougés ou sont restés amorphes, tant pis.

Jérome dans la tempête

peche-lac-vagues

 
Vers midi, on retourne à la rivière pour vérifier son état.Le niveau a bien baissé mais reste très haut pour la pêche. L'éclosion est minuscule et très courte, aussi bien que nous ne verrons que quelques rares gobages sur les lisses.
Autant dire qu'il ne faut pas foirer les quelques poissons qui gobent !

Un ombre lumineux

ombre-main1 

Nous prendrons 3/4 poissons chacun, mais vraiment rien d'exceptionnel.

 

Renforcés par le constat de la veille (rivière qui baisse), nous dédions la journée de jeudi à une pêche en rivière. Le matin, nous choisissons un parcours situé en aval pour traquer les brochets à la mouche.
Le niveau est enfin convenable et nous pouvons trouver les spots adaptés.

Tu vas y arriver !

jerome-traverse 

 

Nous peignons chaque remous, les bras morts, les calmes. Ce n'est pas la journée, les poissons restent inactifs.
Changement de stratégie, et retour à la voiture (1H de marche), puis changement de spot (à nouveau une heure de marche, quelques kilomètres plus en amont). Nous arrivons vers 13H sur la zone souhaitée. Les poissons gobent déja ! Il y a quelques mouches à la surface et certains poissons s'en délectent. Dispersion et pêche !

Ce ne sera pas la folie quand même, mais nous prendrons une bonne dizaine d'ombres, dont quelques beaux poissons !

ombre7 

 

IMGP0437

Le paysage est toujours époustouflant, surtout sous cette trame hivernale.

ambiance1

Aucun village, aucune route à moins d'une heure de marche, la nature seule.

ambiance-herbes

Les tourbières, mares et bras morts s'entrelacent dans le paysage herbacé, on ne sent plus la trace de l'Homme.

tourbiere

Retour à la voiture vers 14H, tout est fini.

jeje-by-by

Cette journée nous laissera un gout d'amélioration et surtout, la volonté de revenir plus tôt le lendemain... avons nous raté une éclosion de fin de matinée?

Le vendredi matin, nous sommes gonflés à bloc pour en découdre avec les ombres. Si un jour doit être bon, ce sera celui là. Le matin, nous tentons tout de même une petite sortie sur le lac. Le vent est complètement tombé et le paysage semble beaucoup plus paisible.

Les couleurs matinales sont exceptionnelles

lac-bleute

La pêche mettra une bonne heure à démarrer réellement, mais ca paye !

jerome-sandre

moi-sandre2-copie-1

 

Vers 10H du matin, nous remballons le matos pour retourner sur la rivière. Nous retrouvons nos méandres préférés vers 11H30. Déja des gobages, ça commence bien ! L'éclosion démarre déja, preuve que la veille nous étions peut être en retard. Dispersion et pêche !

Avant la pêche, quelques photos pour vous plonger dans l'ambiance

ambiance-riv1

 

ambiance-riv4

 

ambiance-riv3

 

Les poissons sont vraiment actifs et la pêche se passe en surface. La mouche du jour sera un petit CDC gris sur H16, mais Jérome réussira parfaitement bien avec un CDC olive/vert.

IMGP0424

 

IMGP0427

 

IMGP0425

 

ombre4

 

ombre3

 

On prendra chacun une bonne quinzaine de poissons, dans des conditions exceptionnellement plaisantes (gobages à ras de la berge, dans les retournes, etc..)

Le samedi sera tout aussi agréable, mais avec une éclosion décalée vers la fin d'après midi, entre 15H et 16H30 (juste avant la nuit).

poisson-jeje-ombre1

 

confluence

 

Malgré un début de semaine difficile, nous étions seuls au milieu de rien, avec la nature qui nous a tout donné. Seule la persévérance a pu payer. Ces paysages magnifiques et les gobages bruyants, seuls à pouvoir perturber la paisibilité des lieux, résonnent encore dans me tête en me promettant d'agréables moments de pêche pour les années à venir. Pour moi, l'année 2012 finira bien.

Repost 0
Published by ROMAIN Mathieu - dans Voyages de pêche
commenter cet article
14 novembre 2012 3 14 /11 /novembre /2012 22:26

Salut à tous,

 

Je rentre à peine de mon voyage de pêche dans les contrées éloignées de l'Est de l'Europe et je n'aurai le temps de vous faire un compte rendu complet qu'en fin de semaine. Qu'à cela ne tienne, voici déja un petit avant gout photographique histoire vous donner envie pour la suite !

 

IMGP0424

 

moi-sandre2

 

Un voyage digne des grandes années. Merci Saint Pierre, 2012 est sauvé pour moi !


Repost 0
Published by ROMAIN Mathieu - dans Voyages de pêche
commenter cet article
11 octobre 2012 4 11 /10 /octobre /2012 12:30

Il m'est impossible de croire que le besoin de découverte ne puisse s'engouffrer dans le coeur de chacun d'entre vous.
Voilà plus d'une dizaine d'années que je ne cesse de parcourir la France et surtout le reste de l'Europe pour espérer, trouver, pêcher puis regretter, les rivières que fantasme mon âme de pêcheur.

Peut être est-ce la faute à l'état souvent pittoyable des cours d'eau de ma région où bien souvent ne résonnent encore que les vombrissements des moteurs des pelleteuses qui ont achevé de les curer, rectifier, nettoyer? Peut-être, mais sans doute pas que. L'envie de découvrir et d'apprendre à connaitre de nouvelles veines d'eau, de nouveaux poissons, de nouvelles pêches, provient certainement d'un sentiment plus sain que celui du simple fait d'espérer mieux que ce que l'on connait déja. L'herbe n'est d'ailleurs pas toujours plus verte ailleurs mais posséder cette réponse est pour moi bien moins important que de l'avoir découverte. La nuance est toute relative, mais primordiale. Et il arrive aussi parfois de découvrir des joyaux dans lesquels ont veut absolument revenir, j'en connais au moins deux.

Je repars donc, dans moins d'un mois. Peut-être à nouveau là ?

http://idata.over-blog.com/1/75/35/00/Europe-de-l-Est/Europe-de-l-EstP1936.jpg

Ou plutôt là ?

http://img.over-blog.com/0x0-000000/1/75/35/00//slovenie-bosnie2011/summer2011/bosnie/fosse.jpg

Seule la météo en décidera !

Repost 0
Published by ROMAIN Mathieu - dans Voyages de pêche
commenter cet article
18 avril 2012 3 18 /04 /avril /2012 09:49

Salut à tous,

Avec un peu de retard je vous propose un petit compte rendu du séjour de pêche dans le Sud Ouest de la France en ce début du mois d'avril 2012. 

IMGP0106

 

IMGP0115

Nous avons pris la route le vendredi 6 avril dans l'après midi et après de nombreuses heures de route et une bonne nuit à l'hotel, nous sommes arrivés sur place vers 14H le samedi, sous la pluie.

 

Après quelques pas au bord d'une des grandes rivières de la région, nous observons quelques gobages dans une réserve, de quoi nous rassurer sur la température de l'eau. La fonte n'a pas du commencer et certains poissons sont donc susceptibles de rester actifs ! On s'arme de tout notre matos et on commence à pêcher vers 14H30/15H, juste à l'heure pour les gobages. Jérome se postera sur un beau lisse et verra un beau paquet de ronds à la surface, alors que je n'en verrai quasiment aucun juste en aval... pas de chance pour moi. Vers 16H15, tout était déja fini. Ca nous a permis de visiter certaines bordures pour découvrir des postes à pêcher dès le lendemain.

 

Le dimanche, nous recommençons notre prospection dès le matin. On verra un ou deux poissons sur une bordure, mais rien de bien stressant. En fait il n'y a eu aucune activité jusqu'à 15H, heure de l'éclosion. Mini éclosion d'ailleurs ce jours là, qui a du durer 1/4 d'heure environ. Je touche un gros poisson que je casserai en plein jus après avoir bien ressenti le frottement du bas de ligne contre les blocs calcaires. Tant pis pour celui là.

Le lendemain il fait un soleil grandiose et à l'image de la veille, il est très compliqué de voir une quelconque activité hors des périodes d'éclosion.

Vers 11H, je réussi tout de même à faire un petit poisson de 35 en nymphe au fil. Je rejoinds ensuite jérome qui piquera un poisson d'environ 40/45 sur un calme.

Légèrement plus en amont, nous apercevons un beau poissons qui gobe ponctuellement de microscopiques éphémères claires. Au premier passage, Jérome fait monter la truite, combat rapidement maitrisé en 12/00 et la belle arrive à l'épuisette. Voici enfin la belle panthère que nous étions venus chercher, un bon 56/57cm.

truite57cm-1

Une photo et elle repartira vers les profondeurs.

 

IMGP0173Nouvelle petite éclosion sous le soleil de 15H, mais qui durera à peine quelques minutes... Juste le temps d'observer cette belle qui gobait à 5/6m en amont de ma position, la gueule à ras de la berge. Premier passage en sèche refusé, je monte alors une nymphe ultra légère, juste pêchant sous la surface. Elle a fait un écart de 50cm pour la prendre ! Gros combat entre les blocs rocheux, puis la belle est à moi. Encore une 50+ des Pyrénées ! A peine remise à l'eau que l'éclosion s'appaise. 15h30, c'est la fin.

P090412 15.10 [01]

Le mardi fut fort en émotions, après quelques kilomètres de prospection le matin et une bonne sieste sous la pluie, nous commençons à pêcher une bordure très prometeuse dès le début de l'éclosion. Le temps est vraiment idéal malgré le vent qui souffle relativement fort. Les mouches ont éclos en nombre incroyable, du 15H à 17H45.

Malheureusement les belles n'étaient pas de la partie sur ce poste là. On a pris une dizaine de poissons à deux lors de l'éclosion, entre 35 et 40 cm, mais pas de vrai belle. Jérome en repérera une seule de taille imposante, mais qui ne gobera qu'une seule fois.

 

IMGP0130

A y repenser, on a tout de même eu de la chance de voir de l'activité, car certains pêcheurs rencontrés ce jours là, après l'éclosion, nous ont dit n'avoir rien vu du tout.  

IMGP0127

IMGP0119Mercredi, nous selectionnons une bordure magnifique, très profonde et vraiment intéressante. Ca pue la grosse !
Une petite sieste avant l'éclosion, mais au réveil, le temps a changé et la rivière a baissé de 30cm au moins. Le temps qui était à la pluie passe au grand soleil.IMGP0163

On se partage la bordure, Jérome à l'amont et mois plus en aval. Les mouches qui écloront entre 15H et 15H30 nous laisseront espérer le meilleur, malheureusement il n'y aura pas le moindre gobage ce jours là, sur cette bordure. L'un des mêmes pêcheurs rencontrés la veille nous dira tout l'inverse, il a pu voir et prendre quelques poissons sympas qui gobaient, comme quoi les conditions étaient vraiment aléatoires sur cette semaine de pêche.

 

Le cours d'eau dans toute sa splendeur !

IMGP0107

 

IMGP0128

  Fishing under the rain.

IMGP0122

IMGP0159

Jeudi nous partons en direction de la basse rivière d'ain, mais un coup de fil et une vérification des niveaux et débits sur internet nous font vite déchanter. L'Ain monte en flèche et la pêche à vue sera impossible. On décide donc de se retrancher sur la Dordogne en aval d'Argentat. Journée pluvieuse qui nous laissera espérer plein de gobages, mais comme la veille, aucune activité en surface... retour difficile à la voiture.

Argentat

IMGP0184

 

IMGP0188

Miroir aquatique

IMGP0190

Une semaine de pêche difficile donc, avec des conditions très aléatoires et variables. Finalement on a marché et traqué sur des kilomètres, pêché à peine une ou deux heures par jours, mais découvert des cours d'eau magnifiques sur lesquels on reviendra souvent. Les quelques beaux poissons pris en sèche nous ont bien motivé à repasser souvent sur ces rivières !

IMGP0199

 

 

Mathieu

Repost 0
Published by ROMAIN Mathieu - dans Voyages de pêche
commenter cet article
13 avril 2012 5 13 /04 /avril /2012 10:46

Salut à tous,

De retour du Sud Ouest, je déplie mes valise et range quelques photos et vidéos... un article à venir dans la semaine !

Juste un aperçu pour vous faire patienter :

truite57cm-1.jpg

A+

Mathieu

Repost 0
Published by ROMAIN Mathieu - dans Voyages de pêche
commenter cet article
14 août 2011 7 14 /08 /août /2011 10:44

Un mois vient de passer depuis notre retour et les idées ont eu le temps de décanter. Je me lance donc un petit compte rendu de notre séjour dans les balkans.

 

Après les deux jours en Slovénie, nous avons poursuivi notre route vers le Sud Est en direction de la Bosnie. Vous comprendez que je ne divulguerai aucune autre information concernant les rivières et les lieux, étant donné que c'est un spot où je compte bien retourné rapidement et souvent, pour en profiter un max !

 

Nous arrivons donc au bord de l'eau :

 

IMGP0374

Le paysage change par rapport à la Slovénie, mais bien que différentes, les rivières sont mangifiques. On s'imaginerait presque au bord de la Loue.

Il fait tellement chaud dans ce coin de l'Europe, que la première chose à faire en arrivant, c'est de se foutre à l'eau !

Ca gèle, elle fait 11°C !!!!!!!!!

IMGP0379

 

On retourne quelques cailloux et on se rend vite compte de la richesse de l'entomofaune locale. Du rarement vu en France tant au niveau diversité que densité.

 

IMGP0393

 

Il est temps de passer aux choses sérieuses. On se débrouille pour trouver des cartes de pêche et un gîte. L'habitude aidant, c'est chose rapidement faite dans ce pays de pêcheurs.

Les tarifs à la journée sont plus honéreux qu'en France, mais par rapport à la Slovénie que l'on vient de traverser, c'est cadeau !

 

Très franchement, les premières heures de pêche ne sont pas glorieuses. Il fait 37°C et aucun nuage ne vient se placer entre le soleil et l'eau. Autant dire que les poissons sont planqués. On a bien failli perdre espoir car c'est vraiment dur d'arriver sur une rivière que l'on ne connait pas et de ne rien voir du tout à part quelques ombrets fuyants.

 

"Si on voit rien avant ce soir, on se barre dans une autre région !" C'était clair pour nous, mais on a bien fait de patienter un peu.

 

Vers 18H, tout change dans ces coins là. La rivière s'assombrie, les premières éclosions surviennent et... les yeux du pêcheur ne peuvent s'empecher de trembler.

Ce qui semblait un désert halieutique s'éveille et se transforme en une chose que seuls nos ancetres devaient connaitre. L'éclosion démarre et il faut fermer la bouche pour éviter d'avaler les perlidés jaunes qui volent maintenant en masse au dessus de l'eau. Pourtant, rien ne gobe.

A la lisière des nassis, ces concrétions calcaires qui ponctuent la rivière, apparaissent alors des ombres. Un, puis un autre, et encore... L'un d'eux donne le coup d'envoi et ce que nous n'avions pu que rèver se réalise enfin. Ebulition.

C'est une chose difficile à expliquer que le sentiment que l'on ressent en prenant une trentaine d'ombres de plus de 40cm chacun en une petite heure de pêche... sans bouger d'un centimètre. La crampe vient parfois vous forcer à bouger quelque peu le pied, juste un peu, pour détendre les muscles qui baignent dans cette eau froide.

Puis la nuit tombe sans que tout s'arrete, mais il est 23H et dans ces lieux reculés, seule la Lune permet encore d'éclairer vos pas pour le retour. Il faut alors rentrer... c'était magnique.

 

Certainement l'un de mes plus beaux souvenirs de pêche de ces 15 dernières années.

Ce qui est vraiment génial, c'est de pêcher une rivière vierge de toute agression. Pas de barrage, pas de pollution, pas de ça. Que de l'eau et de la vie. La pêche ultime.

 

Le lendemain, c'est gonflés à bloc que l'on démarre sur une autre rivière.IMGP0410

 

Le matin est ensoleillé mais dès 10H le temps se couvre. Les nuage arrivent... mais qu'est ce que c'est ce mur gris qui avance vers nous?

 

Ca :

IMGP0445

 

Il pleut si fort que le doute s'installe, va t'on pouvoir pêcher aujourd'hui?

Pas gagné en tout cas...

IMGP0447

 

Vers midi tout s'arrange, et comme souvent quand le temps change de cette manière, les poissons dégustent !

C'est la fête sur la rivière :

IMGP0412

 

IMGP0453

 

IMGP0464

 

IMGP0463

 

IMGP0467

 

Prendre des dizaines d'ombres en sèche dans la brume, c'est vraiment sympa !

 

IMGP0481

 

L'ambiance est vraiment top dans cette brume !

 

IMGP0461

 

RIVbrume

 

Pêcher les ombres c'est sympa, mais on est pas seulement venu pour ça. On se décide donc à laisser tomber ces messieurs pour aller chercher quelques truites en bordure.

 

Et d'une

IMGP0471

 

Et de deux

IMGP0527

 

Et de trois
IMGP0483

 

C'est bon la sèche à vue !

 

IMGP0534

 

 

IMGP0532

 

IMGP0543

 

IMGP0531

 

La soirée finira comme celle de la veille. Dans l'émerveillement et la magie !

 

Les jours suivants ont été tout aussi excellents, avec quelques variations à cause du temps et de la chaleur, mais on s'est vraiment amusés.

 

Les après midi quand à elles étaient plutôt dédiées à la baignade ou la sieste. De toute façon on ne voyait rien de rien.

Et franchement, les galets c'est bon pour le dos nan?

 

SIESTE

 

 

Encore quelques clichés pour le rève

 

IMGP0550

 

IMGP0572

 

Les paysages sont délirants, prairies, vergers, forets immenses

jejepaysage

 

riv2

 

riv3

 

RIV7

 

A bientôt belles rivières...

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by ROMAIN Mathieu - dans Voyages de pêche
commenter cet article
16 juillet 2011 6 16 /07 /juillet /2011 17:45

Dans notre désir insatiable de découvrir de nouvelles rivières, de nouveaux poissons et des horizons pour nos parties de pêche futures, Jérome et moi sommes repartis pour 10 jours de découverte, aux delà des limites de l'UE.

 

Avant le grand saut en dehors des frontières de l'Union, nous fractionnons notre séjour par une halte en Slovénie.

Je m'étais toujours promis de ne jamais y mettre les pieds, jamais disais-je, jamais dans ce pays où affluent tous les moucheurs européens et où les déversements de poissons s'organisent au rythme des réservations de chambre d'hotel. Mais Jérome qui s'y était rendu l'an passé, m'avait laissé miroiter la possibilité de traquer de grosses truites marmorata à vue. Et que dire de la Soca, qu'il m'avait vendu comme l'une des plus belles rivières du monde. Alors soit, pourquoi pas... il ne faut pas mourir idiot.

 

Nous arrivons donc à Tolmin dans la soirée du premier vendredi du juillet.

L'hotel est sympa et les cartes de pêche rapidement achetées pour le lendemain... avant la nuit, nous ne raterons pas l'occasion de fleurter pour quelques instants avec ces rivières que nous pêcherons le lendemain.

 

IMGP0303

 

La nuit passe et le réveil sonne de bon matin. Les semelles en néoprenne palpent d'ores et déja la plante de nos pieds et les brindilles se brisent sous les pas qui nous conduisent à la rivière. La Soca s'offre à nous.

 

La rivière est effectivement magnifique mais le rève sauvage est assombri par les inombrables arcs en ciel qui se jetent sur toutes les nymphes qui passent.

A pas de Sioux, nous approchons tout de même quelques supposées marmorata mais la pêche est délicate sur ces poissons sauvages, d'autant que les arcs qui zig zag sans arrêt dans les courants et sur les bordures, accentuent le dérangement et l'exitation des marbrées.

 

Finalement, après avoir piqué quelques arcs en ciel en bordure (la confusion est facile à 6H du mat!!), c'est un premier poisson sauvage qui dévore ma nymphe.

 

IMGP0293

 

Un ombre slovène, magnifique poisson aux reflets très claires et nageoires jaunes !

 

Les arcs en ciel sont vraiment nombreuses et au milieu de ces intrus il n'est pas évident de déceller les marmo. Le soleil frappe de plus en plus fort et condamne nos espoirs de tomber sur un gros poisson marbré en bordure.

Mais la prise arrive, pas monstrueuse, mais respectable (un bon 50). Jérome nous pique une truite magnifique dont la beauté des marbrures n'aura d'égale que l'originalité de ses zebrures.

 

IMGP0306

 

IMGP0312

 

Au cours de la journée, nous ferons encore quelques magnifiques ombres et de très nombreuses arcs en ciel (surtout l'après midi, pour passer le temps avant le coup du soir! C'est vraiment étonnant de voir que n'importe quel modèle de nymphe les fait mordre !).

 

IMGP0327

 

Des poissons vraiment magnifiques !

 

Nous avons tenté, durant l'après midi caniculaire, deux autres cours d'eau que sont la Trebusica et l'Idrijca. Les conditions étaient délicates et nous n'y avons croisé que des arcs en ciel.

 

La Soca :

IMGP0321

 

IMGP0333

 

IMGP0318

 

La Trebusica :

IMGP0335

 

IMGP0341

 

L'Idrijca

IMGP0351

 

Pour terminer cette journée sur un beau coup du soir, nous optons pour une bordure qui semblait prometeuse durant la journée. Nous nous installons et profitons des derniers rayons de soleil pour arranger un peu nos bas de ligne.

Très peu de mouches sur l'eau, mais pas mal de gobages et surtout de beaux poissons en poste!

 

IMGP0363

 

Jérome triomphera mieux que moi sur les ombres de la Soca, mais je me vengerai sur les marmo en toute fin de pêche :

IMGP0365

 

Pour conclure, les rivières sont magnifiques, surtout la Soca. Les poissons sont à 95% issus de pisciculture mais quelques ombres et marmorata restent intéressant à traquer.

Il ne faut pas se tromper en allant en Slovénie. Les eaux ne sont pas exemptes de pollution (allez voir les petits affluents et fossés) et les poissons sont loin d'être sauvages (j'ai du me mordre la langue quand un français m'a dit que les arcs se reproduisent naturellement en Slovénie et qu'elles sont pour la plupart sauvage ! Les mythes ont la vie dure...). D'ailleurs, certains cours d'eau sont si pauvres qu'il est difficile de croire qu'une importante population piscicole puisse s'y développer naturellement.

La Soca est défoncée morphologiquement dès Brod na soci. Mais rien que pour ce qu'elle est en amont, ça vaut la peine de voir ça.

 

J'y retournerai sans doute, mais pas pour la pêche.

 

Repost 0
Published by ROMAIN Mathieu - dans Voyages de pêche
commenter cet article